Devenir
Truquiste 2D/3D

Dans le monde de l’industrie de l’imagerie de synthèse, le truquiste intervient surtout lors de l’étape de post-production. Son but : mettre ses compétences au service de la transformation des images.

Parole de pro

Les films de l’ESMA ont un gros niveau technique. Toujours de belles surprises, avec des lignes éditiorales différentes : on va du simple cartoon millimétre jusqu’à de l’hyper réalisme.

Florian Landouzy
Co-fondateur et Responsable de l’Animation, Supamonks

PAROLE DE PRO

L’ESMA est une école incroyable… L’animation et les effets spéciaux produits par les étudiants sont impressionnants à tout point de vue. Je suis toujours impatient de voir les projets de fin d’études !

Dylan Sisson
Technical Marketing Specialist, Pixar

Florian Landouzy Co-fondateur et Responsable de l'Animation, Supamonks
Dylan Sisson Technical Marketing Specialist, Pixar

LES MISSIONS DU TRUQUISTE

Le truquiste 2D/3D est un illusionniste, et les logiciels informatiques sont ses outils de prédilection.

Que fait un truquiste ? Sur son ordinateur, il reçoit les images brutes (prises de vue réelles, séquences animées…) et les modifie au gré des envies du réalisateur qui lui fait part de ses idées, de sa manière de concevoir les choses, et le suit dans l’évolution de son travail.

Au cœur du service dédié aux effets spéciaux d’un film, d’un jeu vidéo ou d’une publicité par exemple, il se voit confier des missions qui sont souvent très diverses. Le truquiste est un artiste polyvalent qui donne une apparence réelle à ce qui ne l’est pas.

Conception de décors fictifs, suppression d’un détail que le réalisateur ne souhaite pas voir à l’écran, création d’un personnage tout droit sorti de l’imaginaire des scénaristes, réalisation d’une explosion, illusion d’un paysage au réalisme saisissant…sa palette d’intervention est large.

De sa finesse des détails et de sa capacité à s’approprier les idées de ses interlocuteurs, va dépendre l’efficacité de son travail, et la réussite de ses projets.

SON SAVOIR-FAIRE, SES CONNAISSANCES

Ce technicien, très créatif, doté d’un imaginaire développé, travaille le plus clair de son temps derrière son ordinateur.

Un truquiste possède un bon bagage de connaissances du monde de l’audiovisuel en général et des compétences techniques et logicielles importantes, et cela passe par un cursus dans une école d’arts appliqués comme l’ESMA.

Le truquiste doit s’appuyer sur une bonne culture générale.

Fréquemment dans le secteur de l’animation ou du jeux vidéo, et le truquiste n’échappe pas à la règle, les délais sont très courts, d’où la nécessité pour lui de faire preuve de réactivité, de vivacité et d’une bonne capacité d’adaptation.

Le métier de truquiste ne cesse d’évoluer avec l’avancée de l’informatique et des technologies d’où la nécessité que ce professionnel se forme en permanence pour rester à la page.

CARRIERE, POSSIBILITES D’EVOLUTION

Le truquiste possède des compétences spécifiques et les sociétés de production sont demandeuses de ce spécialiste qui peut aussi coupler son activité avec le montage.

Les truquistes sont capables d’apporter une nouvelle dimension artistique aux œuvres sur lesquelles ils travaillent Les opportunités actuelles se trouvent dans les sociétés de production et les jeux vidéo.

Son statut dépend de la structure qui l’emploie mais le truquiste est plus fréquemment intermittent que salarié.
Le salaire moyen d’un débutant se situe autour de 2 000€ brut mensuel.